Aller en haut

Aller en bas

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Life begins at night - Cruz

Aller en bas 
STAFF - White rabbit
avatar
HORS LIGNE

Messages : 117
Points : 676
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Life begins at night - Cruz   Lun 20 Aoû - 18:55


Life begins at night


20 août - 00h15

Titubante, je tends la main pour la poser sur le mur à côté de moi, prenant appui sur ce dernier le temps de retrouver un semblant d'équilibre. Je ne me souviens pas de la dernière fois que j'ai bu autant, mais j'ai toujours eu tendance à dire que tant que je suis consciente d'être ivre, c'est que je ne le suis pas tant que ça... Du moins pas autant que je pourrais l'être ! Je fronce les sourcils, me frotte les yeux en oubliant le mascara que j'ai appliqué ce matin, et qui n'est pas d'assez bonne qualité pour ne pas s'effriter sur mes joues à mon geste. Il fait nuit noire à cette heure, mais c'est là l'un des seuls avantages que je trouve à la ville par rapport au campement : les lampadaires diffusent encore leur lumière, me permettant de voir où je mets les pieds. Ma vision est trouble, mais jusque là je suis parvenue à éviter les embûches, morceaux de verres brisés et autres flaques peu ragoûtantes étalées sur le trottoir. Contrairement à la plupart des campeurs, je ne recherche pas l'anonymat, et je ne passe pas non plus mes nuits à commettre des crimes qui passent plus inaperçus dans le noir. Non pas que l'obscurité me dérange particulièrement, mais je n'ai pas non plus de problème avec la lumière.

Quand la tête a un peu cessé de me tourner, je me redresse pour poursuivre ma route, les doigts accrochés à la lanière du sac à dos que j'ai jeté sur mon épaule. Je vis heureusement ici depuis suffisamment longtemps pour ne pas me perdre, même en pleine nuit, même avec un peu trop d'alcool dans le sang. J'atteins sans encombres ma destination, et je suis presque collée à la porte d'entrée lorsque je cogne contre celle-ci. Je me hisse sur la pointe des pieds pour coller mon œil contre le judas, visiblement l'alcool me fait oublier qu'on ne voit pas dans ce sens-là. Cruz, t'es là ?! C'est Ais'.



May you never outgrow bubbles
FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
HORS LIGNE

Messages : 65
Points : 171
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Life begins at night - Cruz   Mar 21 Aoû - 2:12



Life begins at night


Cruz, il a une dalle d'enfer. Faut dire qu'à l'intérieur, ça doit pas mal déconner, assez pour trouver le temps long, imager sa poigne sur le polo de son vis-à-vis, qu'il bousculerait jusqu'à l'entrée, lui voler ses clefs et le laisser dans sa merde le temps de se faire griller des tartines pendant que l'autre cracherait son quota de menaces. Mais faut croire que le professionnalisme l'a adopté entre temps. Alors que le complotiste rabâche sa science, Cruz, il n'entend que le son séraphique d'une panse vide qui hurle à la mort, le sommant d'se tirer avec les petites coupures qui lui paieront son repas. C'est la même misère depuis qu'il frappe lui même aux portes, après avoir voulu rendre service une fois. Mais la commère a balancé et, faute de prétextes épuisés et de sécurité à une possible descente, le brun s'improvise désormais commercial. Pestilentiel, certes, mais pas plus que ses targets. Fort heureusement, au bout d'une heure de monologue, l'homme s'épuise et Cruz acquiesce pour quitter les lieux, empruntant sur son passage une barre chocolatée passée de date qui traînait sur un meuble, quittant la caravane nauséabonde pour assouvir son plus grand désir dans une entorse mensuelle. Une heure de route aller-retour pour cinquante dollars de lipides de sélection et une bouteille acheté au liquor store du coin plus tard, le trentenaire peut enfin s'affaler comme un mal propre sur le territoire d'Otis, qui fut un jour son sofa. Le canidé ne bronche pas, bien trop content de retrouver son boss qui finit, après une bonne minute de vide introspectif, par lui ouvrir la porte de l'arrière pour qu'il aille se vider la vessie. Otis, c'est un chien qui miaule. Maquisard de sa race. Bref, il fait sa vie. Et le maître, il s'en inquiète pas, plus occupé à dévorer d'une traite les trois menus burgers restant, éructer comme un porc, et coller ses deux petites feuilles en L en amont d'une bonne petite nuit blanche. Il voulait bien dormir lui, mais il a le sommeil léger, et les yeux, explosés, naturellement. Ça tient de son charme, qu'ils disent. S'ils savaient.
Minuit passé, ça cogne dur à la porte, rehaussant le Cruz somnolant qui, prenant le temps de rallumer son joint, se dirige d'un pas nonchalant en direction de la porte d'entrée et de la voix féminine mais non moins rouillée d'une jeune femme qu'il imaginait déjà bien arrachée. Preuve en ouvrant la porte, quand elle manque de s'écrouler et de l’entraîner dans sa chute. " Je t'ai jamais vu aussi pressée ! " Qu'il lui balance, le bonsoir optionnel, le rictus évident, le regard vacillant de bas en haut. " Tu pues de la gueule. " Le mexicain surenchère, faisant signe à la jeune femme de faire comme chez elle d'un simple geste de la main. Tu refermes derrière, suit ta congénère dans son sketch d'ivresse. " J'ai un reste de frites à t'offrir si tu veux. Mais j'crois que t'as des trucs à me dire en contrepartie. " Non pas qu'il aime jouer les bonnes copines, mais vu l'état de la brune, pas de doutes qu'elle saura rendre sa routine intéressante, à commencer, déjà, par le sac en papier pile devant la belle ayant pris non sans mal ses quartiers. Qu'elle ne se gène pas.  


 





☽☽ Le même bâton dur caché dans le même jean
Pardonne moi j'ai trop fumé sur la MJ.

Y'a plus que des bons alcools et des mauvais pressentiments, bourrés, les petits cons comme moi se sentent immenses; Oh! j'ai rempli mon corps de madness, Dieu, pardonne-moi d'être encore en maintenance J'ai le cerveau qui dépasse pas deux d'tens'
Pourquoi tu parles tant ? Un petit pas de danse et tu nous regardes faire des tirs imprécis dans le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
STAFF - White rabbit
avatar
HORS LIGNE

Messages : 117
Points : 676
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Life begins at night - Cruz   Mer 22 Aoû - 16:44

La porte s'ouvre, et bien que je sois supposée m'y attendre étant donné que c'est moi qui ai toqué, je sursaute de surprise et manque de m'écrouler sur Cruz. Heureusement, sa carrure et probablement ses réflexes l'empêchent de s'étaler au sol, et il me rattrape maladroitement avant de se redresser. Je fronce les sourcils. Pressée ? Je suis pas pressée... Il m'a fallu une éternité pour arriver jusque chez lui, si j'avais été pressée, j'aurais couru... Encore que dans mon état ça n'aurait pas été particulièrement prudent. N'importe quoi. Je sens le rhum, ça sent bon le rhum. Et celui-ci était délicieux, avec des notes marquées de vanille, de cannelle... Épicé comme je les aime. J'ai pas pensé à t'en ramener une bouteille. Cela dit je ne suis pas certaine que la barmaid du Sleepy Wolverine, aussi aimable soit-elle, aurait accepté que je reparte avec. Je n'avais pas assez de liquide sur moi pour m'offrir une bouteille de rhum, et à présent mes poches sont entièrement vides.

J'entre avant qu'il ne m'y invite et je vais m'affaler sur le canapé, juste à côté du chien que je gratifie d'une caresse sur la tête. Oh des frites ? Parfait, j'ai la dalle. Je tends la main pour la fourrer dans le sac en papier et en tirer le précieux sésame, sourcils froncés. Tiens t'as pas d'la sauce pour aller avec ? Je hausse les épaules, retire mes sandales du bout des pieds comme si j'étais à la maison, pour pouvoir foutre mes pieds sur le canapé et m'asseoir en tailleur. Des choses à t'raconter... Mh... Ma soirée ? Rien d'exceptionnel, en fait. Une nouvelle fois, je hausse les épaules. Y avait un match de baseball ce soir et l'équipe que les gars supportaient a gagné, comme ils étaient contents j'me suis fait payer à boire toute la soirée. J'étais au bar là, en ville, j'me souviens plus le nom... Sobre, je m'en souviendrais, mais là ma mémoire me fait défaut. Et toi, comment t'as occupé ta soirée ?



May you never outgrow bubbles
FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
HORS LIGNE

Messages : 65
Points : 171
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Life begins at night - Cruz   Jeu 23 Aoû - 2:40


Le rhum, bien-sûr. Le pire, c'est que la brune en faisait l'éloge et ça, le gars il était pas prêt. C'est pas qu'il trouve ça écœurant, mais disons que les odeurs de sucrettes vahinés lui filerait presque la nausée tant le gars privilégie l'amertume pour se défoncer le foie. Et le sel aussi. Il aime le salé. Alors, d'un air triomphant, il se dirige vers l'espace étriqué lui servant de cuisine tout en écoutant attentivement les dires de sa pote, à se demander si la kitchenette fait partie du salon ou bien l'inverse, dans tout les cas, ça arrange tout le monde ici. Sans un mot, le brun finit par exhiber un fond de rouge ayant sûrement tourné au vinaigre depuis le temps qu'il traînait au sol d'une main, le spiritueux qu'il vient d'acquérir de l'autre. « Merde.. » Il marmonne dans sa barbe. Les bières, ou son café du matin. Quoiqu'on en dise, il les a oublié, et il se sent con et déjà bien las de devoir y retourner dès le lendemain. Aisling le rappelle à l'ordre, quémandant un peu plus. « Des sauces ? Hm.. j'dois avoir du guacamole passé de date dans l'frigo. Tu veux tenter ? » Il pose les breuvages sur la table basse et retourne vaquer aux vérifications pour tenter tant bien que mal de cacher son statut d'hôte merdique. Sans déconner. C'est le bric-à-brac là-dedans. Cruz, il pourrait avoir honte, passer pour un crevard, même pour lui à ce stade. C'est pas l'cuistot du coin, Cruz. Il s'dit qu'il devrait aller faire des courses, s'acheter un four, peut-être un jour. Il écoute pas la réponse de la gamine, ramène quand même le petit pot bien entamé si l'envie lui viendrait de jouer les aventureuses. Et à ce qu'elle déballe, il s'dit qu'elle a toujours pas atteint son quota. Il s'affale à ses côtés, amène le goulot du reste infecte du liquide rougeâtre à sa bouche. Chassez le naturel, il revient au galop. « Tu m'excuseras princesse, j'ai pas eu le temps d'faire la vaisselle . » Il la coupe presque dans son récit, mais il en a pas perdu une seule miette, arquant le sourcil. Madame s'fait la malle en ville maintenant, bien bien. « Du baseball ? » C'est tout ce que le cerveau défraîchi retient. Cruz, il a jamais compris le concept du truc. Attendre pendant trois plombes qu'un gars frappe une balle pour courir. Où ? Comment ? Pourquoi ? Les chevilles ont gonflés depuis qu'il a fait parti du club de basket de son lycée. Six mois, pas plus, assez pour défendre la cause. « Tu connais Trevor ? La soixantaine, petit, frêle, psychosé ? Il m'a pris pour l'un des mecs de l'agence tout risque. Il a passé deux heures à m'embrouiller pour que j'lui signe un autographe sur la came que je lui ai vendu. C'était instructif. » Ouais, le trentenaire, c'est pas certain que le mental le suive, à ce rythme. « Sinon, les frites viennent du fast-food d'la city alors elles ont sûrement baigné dans d'la bonne graisse animale. J'espère que t'es pas fachée. »
 





☽☽ Le même bâton dur caché dans le même jean
Pardonne moi j'ai trop fumé sur la MJ.

Y'a plus que des bons alcools et des mauvais pressentiments, bourrés, les petits cons comme moi se sentent immenses; Oh! j'ai rempli mon corps de madness, Dieu, pardonne-moi d'être encore en maintenance J'ai le cerveau qui dépasse pas deux d'tens'
Pourquoi tu parles tant ? Un petit pas de danse et tu nous regardes faire des tirs imprécis dans le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
STAFF - White rabbit
avatar
HORS LIGNE

Messages : 117
Points : 676
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Life begins at night - Cruz   Jeu 23 Aoû - 19:31

Je fronce le nez, plisse les yeux, hésitant sérieusement à sa proposition. Tête penchée sur le côté, je pèse le pour et le contre... Finalement si je refuse, c'est plus parce que je ne raffole pas du guacamole que par crainte de l'intoxication alimentaire, mon état d'ébriété ne me permet pas vraiment d'avoir peur de ce genre de choses. Non ça va aller, merci. J'aurais préféré du ketchup, j'ai tendance à foutre cette merde absolument partout, mais j'ai tellement la dalle que je m'en passerais pour cette fois. Je hausse les épaules. J'ai l'habitude, c'est pas comme si l'reste du temps c'était clean chez toi, hein. Encore que j'ai vu bien pire, mais on peut pas dire que ce soit parfaitement propre ou parfaitement rangé ici. Chez moi aussi, c'est un sacré désordre... Mais un désordre organisé, comme j'aime l'appeler, je sais toujours trouver mes affaires, et surtout c'est toujours propre, nickel. Je ne suis pas ordonnée, mais je suis maniaque.

Je fourre une autre frite dans ma bouche, hoche la tête. Humhum, ouais, ch'vois. J'habite à Slab City depuis plusieurs années, depuis le temps je connais absolument tous les habitants et surtout je suis toujours au courant lorsqu'une nouvelle tête se pointe. L'agence tous... Mais attends, tu r'ssembles à personne de l'agence tous risques, il a débloqué grave. Je recrache brusquement le morceau de frite que j'étais en train de mâcher, me tourne vers lui pour cogner contre son épaule. Putain tu fais chier, t'étais obligé d'dire ça ?! C'est le genre de choses auxquelles j'essaie de ne pas penser, être vegan c'est déjà suffisamment difficile dans un coin pareil, si en plus je me demande comment ils cuisent la bouffe, je suis pas rendue. Y a encore ma brosse à dents dans ta salle de bain ou tu l'as jetée ? C'est mon petit rituel, quand je passe la nuit ici, je laisse une brosse à dents sur son lavabo, pour l'emmerder, et généralement elle n'y est plus quand je reviens la fois suivante.



May you never outgrow bubbles
FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
HORS LIGNE

Messages : 65
Points : 171
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Life begins at night - Cruz   Dim 26 Aoû - 1:27


« Si j'étais un porc comme tu le présumes, tu m'sauterais pas. » ça en va de même pour la demoiselle, mais passons. Le brun le souffle à demi-mot, s'affale aux côtés de sa colocataire d'un soir, peu susceptible avec elle, il a appris à faire avec depuis le temps. Qui aime bien, châtie bien, apparemment. Alors qu'il rallume pour la centième fois de la soirée sa cancérette magique tout en racontant sa petite anecdote, la réaction d'Aisling tend à lui faire lâcher un timide sourire. « Et encore, j'me suis barré avant qu'il m'invite dans son pieu. » C'est un fait ; vu la réputation du coin, ils sont sûrement tous destiné à débloquer un jour ou l'autre. C'est sûrement le coin qui les rend si.. naturels et spontanés, sénilement parlant. La boutade lancée à la brune fonctionne à merveille, même si le brun se sent obligé de se lever du canapé à la hâte, avant qu'elle dégurgite sur son jean déjà bien délavé. D'ailleurs, c'est pas l’œuvre d'art dessinée avec la cavité buccale de la jeune femme qui lui enlèvera son sourire. Bien au contraire. Cruz, c'est le genre à balancer son p'tit rire d'enfoiré dans les moments les moins opportuns. Il est crevé. Et défoncé. Surtout défoncé. Alors forcément, ça n'aide en rien. Il arrive tout de même à choper la boite de mouchoir qui traîne sur la petite table, histoire de ramasser ce qu'il peut, pendant que la brune joue les divas écœurées.  « Yep, t'en a même une neuve qui t'attends. Ça te fera économiser pas mal. Elles étaient vendu par deux, j't'ai laissé la rose. D'ailleurs, tu peux m'passer l'ancienne pour que je récure un peu l'sol si t'y vas ? » Non pas qu'il a la flemme d'aller chercher une éponge, voir une serpillière pour un petit bout d'frite prémâchée, mais tout les prétextes sont bons à prendre.
 





☽☽ Le même bâton dur caché dans le même jean
Pardonne moi j'ai trop fumé sur la MJ.

Y'a plus que des bons alcools et des mauvais pressentiments, bourrés, les petits cons comme moi se sentent immenses; Oh! j'ai rempli mon corps de madness, Dieu, pardonne-moi d'être encore en maintenance J'ai le cerveau qui dépasse pas deux d'tens'
Pourquoi tu parles tant ? Un petit pas de danse et tu nous regardes faire des tirs imprécis dans le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
STAFF - White rabbit
avatar
HORS LIGNE

Messages : 117
Points : 676
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Life begins at night - Cruz   Lun 27 Aoû - 9:09

Je roule des yeux, amusée. Eh, j'ai pas dit qu't'étais un porc, fais pas ton susceptible. Comme il le dit si bien, je ne serais pas là si c'était ce que je pensais de lui. Mes critères pour les coups d'un soir ne sont pas bien élevés, c'est vrai... Par contre pour que je revienne plus d'une fois -et dans ce cas précis aussi régulièrement- c'est quand même qu'il me plaît vraiment. Dommage, t'aurais p't'être été surpris. Je lance en plissant les yeux, un sourire mutin aux lèvres, quand il précise qu'il n'a pas eu le temps de finir entre les draps du type en question.

Malgré mon dégoût évident, mon regard s'illumine et je couine. Tu m'as pris une brosse à dents ? Fais gaffe dans une semaine je m'attends à c'que tu m'demandes en mariage. Heureusement pour moi, il sait bien que je ne suis pas sérieuse un seul instant, et je me lève pour filer dans la salle de bain, où je trouve la brosse à dents en question. Je prends le temps de me laver les dents, longuement pour effacer à la fois le goût de la friture et celui de l'alcool, et je pense à récupérer l'ancienne brosse avant de retourner sur le canapé. Je la lui tends, le nez froncé parce que je me demande s'il a réellement l'intention de nettoyer le sol avec ce truc. Je me réinstalle en tailleur, le dos appuyé contre l'accoudoir, et je lance en papillonnant des cils : J'pensais à un mariage dans le désert, tu vois ? Sur le thème Mad Max un peu.



May you never outgrow bubbles
FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

HORS LIGNE

MessageSujet: Re: Life begins at night - Cruz   

Revenir en haut Aller en bas
 
Life begins at night - Cruz
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Just One Night (1980)
» Vox Lil' night Train (un ampli pour Arnaud)
» LATER THAT NIGHT...
» le nouveau single: "Up All Night"
» Trans-Siberian Orchestra/Beethoven's Last Night

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Off The Grid :: Slab City :: Centre-ville :: Habitations-
Sauter vers: